Témoignage de Grégory

Lorsque j’étais beaucoup plus jeune, j’étais roux et frisé.

L’école primaire s’est bien passée, aucune discrimination ou remarque à ce sujet. Par contre, les problèmes ont commencés au collège où, bien entendu, j’ai eu droit à du « poils de carotte » à la pelle. Cela ne me vexait pas plus que ça, je m’en amusais. J’ai également eu droit au stéréotype de l’odeur des roux, qui m’a suivi jusqu’au lycée.

Je pense que ça n’a pas eu le temps d’être trop méchant, car un autre « problème » est venu se greffer rapidement: alors que mes camarades de classe avaient encore une voix de castrat, la mienne a muée très rapidement (vers la 5ème). Sur ce point là, j’ai eu un sacré acharnement permanent qui a duré longtemps (collège, lycée, BTS) ce qui a eu pour effet de développer un complexe de communication verbale.

Je veux juste dire que la persécution n’est pas propre à la roussitude, mais à la différence… n’importe quel détails physique qui fait qu’on ne rentre pas dans le moule est un sujet de railleries de la part de certaines personnes.

Les années ont passées et j’ai fait la connaissance de Caroline.
On se parlait déjà depuis un certain temps sur un forum de discussion, puis nous nous sommes rencontrés. C’était une splendide rousse aux yeux bleus et le coup de foudre fut immédiat. Les stéréotypes sur les roux ne m’ont jamais effleurés l’esprit, tout ce que je sais, c’est que quand elle était dans mes bras, j’étais bien, j’étais heureux, j’étais amoureux. Malheureusement notre relation fut de courte durée (merci ses parents qui ont menacés de porter plainte contre moi), mais nous sommes restés en contact (ça fait maintenant 14 ans). Nous nous revoyons encore de temps en temps.
Il y a quelques années, elle m’avait fait part des problèmes d’intégration qu’elle rencontrait au travail, par rapport à sa couleur de cheveux. Des blagues sur les roux qui circulaient de boîte mail en boîte mail et qu’elle vivait très mal. Pour elle c’était un acharnement gratuit et incompréhensible. Pour la soutenir comme je pouvais malgré la distance, j’ai eu l’idée de faire des groupes Facebook (que je ne dirais pas pour ne pas faire de publicité).

Maintenant, mes cheveux sont devenus beaucoup plus foncés et je les coupe très courts (les boucles, c’est chiant à coiffer).

Quand ils sont rasés à 2mm, on dirait que j’ai les cheveux noirs ! Cependant, le reste de ma pilosité est rousse, et je me fais régulièrement arrêter dans la rue, par des gens qui me parlent en arabe, car ils sont persuadés que je suis marocain (cheveux bruns, barbe rousse, il parait que c’est fréquent là bas).
Je ne garde aucune séquelle des moqueries envers les roux. Mais j’ai un énorme complexe par rapport à ma grosse voix qui fait que je me sens beaucoup plus à l’aise à l’écrit.
Je n’ai plus aucune moquerie depuis l’âge adulte (peut-être grâce à ma carrure assez carrée et mon visage peu souriant).