Les rousses sont-elles rousses de partout ? Même au pubis ?

Les rousses ont-elles des poils pubiens roux ? Saugrenue et pour le moins indiscrète, cette grande interrogation masculine méritait bien explication et révélation ! Mettons le mystère à poil pour enfin assouvir la curiosité de ces messieurs.

Aujourd’hui, je m’apprête à répondre à la question qui intrigue la gent masculine depuis la nuit des temps. Oui, je parle bien de LA FAMEUSE question à laquelle toute vraie rousse s’est confrontée au moins une fois dans sa vie…

« Et sinon, tu es rousse de partout ? ». Voilà ce que vous osez nous demander, sûr de votre bon droit, avec la tranquillité du gynécologue qui nous interroge sur la date de nos dernières règles. Vous vous dites : « Tiens, je lui parlerais bien de ses poils pubiens à cette rousse ! » parce que, bien sûr, puisque nous sommes rousses, cette question ne risque pas du tout de nous mettre dans l’embarras ! C’est vrai ça, pourquoi un sujet aussi peu intime pourrait nous mettre mal à l’aise ? Quelle drôle d’idée ! En vous donnant une réponse claire, nette et précise, votre curiosité (j’ai dit mal placée ?) trouvera satisfaction et surtout, permettra d’éviter que ce genre de situation incongrue ne se reproduise à l’avenir.

Pour l’anecdote, sachez mes rouquines frenchies que les anglo-saxons, pas moins indélicats, posent aussi crûment la question mais… sous une autre forme. Chez eux, ça donne : « Do the drapes match the carpet ? ». Traduction : « La couleur des rideaux s’accorde-t-elle avec celle de la moquette ? ». So chic ! Alors, on valide ou pas ? Eh bien non, en anglais comme en français, toujours pas 🙁 !

Donc messieurs, ouvrez grands les yeux car c’est votre jour de chance. Enfin le voile se lève sur le plus gros mystère agitant les neurones des nombreux enquêteurs pubiens que vous êtes : OUI, une bonne fois pour toutes, nous sommes rousses de partout. Et quand je dis partout, ça veut dire PARTOUT. Voilà, c’est officiel, les rousses ont des poils pubiens… roux ! C’est dingue, non ? Hey, mais attendez les gars, c’est peut-être parce que nous sommes rousses, non ? Enfin, c’est juste une piste hein.

La bonne nouvelle, c’est que vous saurez maintenant comment avoir la certitude que vous tenez une vraie rousse dans vos bras. De plus en plus de femmes se colorent les cheveux et à moins d’être experte en la matière (genre nous), un homme peut facilement se laisser berner en pensant avoir à faire à une vraie rouquine. Son « capital » pileux ôtera le moindre doute. Et si la fourbe opte pour l’intégrale, confisquez-lui son rasoir et attendez…

Voilà, vous savez tout. J’espère que cet article aura servi à éclaircir une fois pour toute ce mystère fumeux et orienter les hommes qui ont le bon goût de s’intéresser à nous vers des questions plus douces. En ce qui me concerne, le débat est clos et si c’est la première, c’est aussi la dernière fois que j’aborde le sujet de mes poils pubiens. Vous ne m’en voudrez pas, n’est-ce pas ?

Les poils des rousses sur la place publique

Eh oui, rares sont les rousses qui à l’adolescence n’ont pas entendu cette question semble-t-il cruciale : « Mais au fait, tu es rousse de partout ? J’veux dire, partout, partout ? ». Gênante, déplacée, voire idiote, cette demande faite aux jeunes filles semble pourtant immuable.

« Assez rapidement, je me suis rendu compte que j’étais sur le marché de la gonzesse quelqu’un qui était assez prisé, mais juste pour ma couleur de cheveux. En fait quand tu es roux, ta pilosité tombe dans le domaine public. Les gens sont capables de te demander si tu as des poils roux. Ils aimeraient bien savoir à quoi ça ressemble une chatte rousse. Et je ne connais personne d’autre que des rouquins à qui on a demandé des choses pareilles ».
(Propos recueillis par Elsa Maudet – Libération – 21 mai 2019)

Ce témoignage est pour le moins éclairant : demander à une femme la couleur de sa toison pubienne est totalement impoli, mais dans le cas des rousses, cela semble bel et bien… permis !

La femme rousse : un fantasme masculin

Partager une partie de jambes en l’air avec une rousse relève du challenge pour certains hommes. Ceux-ci voyant le sexe comme une véritable compétition sportive, il n’est pas si rare d’entendre dire : « J’ai testé les blondes, les brunes, mais pas encore les rousses ! », le trio semble-t-il gagnant pour asseoir sa virilité et prouver qu’on est un mec, un vrai !

Mais il y en a d’autres pour qui sexualité ne rime pas avec tiercé ! Coucher avec des rousses, et seulement elles, relève en effet pour certains d’un vrai fantasme. Perçues comme mystérieuses, elles déstabilisent, intriguent et excitent ces hommes qui voient en leurs cheveux la promesse de nuits torrides et sans fin, comme en témoigne par exemple Stéphane Rose dans son livre Pourvu qu’elle soit rousse.

Les femmes rousses supportent ainsi un imaginaire collectif particulièrement ancré dans nos sociétés occidentales. Le roux est ici inconsciemment lié au rouge, couleur du sang, du feu, de l’énergie et de la vitalité exacerbée.

Avoir des cheveux (et un pubis !) roux n’est donc pas anodin, bien qu’il s’agisse juste d’une variation de couleur. On dit encore bien souvent que les femmes rousses sont plus « chaudes » et gourmandes que la moyenne. Séductrices et manipulatrices, elles auraient un penchant particulier pour le sexe. Pourtant les rousses sont comme toutes les autres femmes, différentes et uniques !

Le mystère des rousses mis à poil

Il est curieux de constater que même les hommes qui ne fantasment pas sur les rousses s’interrogent parfois sur la couleur de la pilosité intime de ces dames. Pourquoi une telle interrogation ? Les femmes restant un éternel mystère pour les hommes, connaître la part la plus intime de leur personne leur apporte peut-être un début de réponse…

Mais les rousses, puisque minoritaires, intriguent certainement plus que la moyenne et elles portent malgré elles leur lot d’inconnues, dont le pubis serait l’épicentre, la quintessence même ! Les rousses seraient donc totalement différentes des autres femmes ?

Les brunes et les blondes étant moins rares, il est toujours plus simple pour ces messieurs d’avoir la preuve par l’acte.  Mais comment faire pour les rousses si l’on n’est pas convaincu de pouvoir la mettre dans son lit ? Lui demander, pardi !

Alors soulevons le voile sur cette question qui intrigue dès la cour d’école : « Le tapis est-il assorti aux rideaux ? » ou dans sa version anglaise Does the carpet match the curtains ?, expression aussi familière que la question est déplacée. Eh bien, oui, comme les autres femmes, les rousses ont des poils pubiens de la même couleur que leurs cheveux, même s’il existe comme toujours des exceptions à la règle. Mystère, mystère, quand tu nous tiens !

1 réflexion au sujet de « Les rousses sont-elles rousses de partout ? Même au pubis ? »

  1. J’y reviendrai plus tard.
    Car ma petite histoire s’est envolée, et je n’ai pas le courage de la recommencer. Femmes brune, blonde aubeurn (?) Je vous aime toutes.
    Qu’importe les flacons pourvu que l’on est l’ivresse. Vide ou plein . Pour votre porte du plaisir et de la vie . . .MERCI A VOUS TOUTES
    Merci pour la fôoote d’Ortho
    Jean Pierre
    Eh bien, oui, comme les autres femmes, les rousses ont des poils pubiens de la même couleur que leurs cheveux, même s’il existe comme toujours des exceptions à la règle. Mystère, mystère, quand tu nous tiens !

    Répondre
Laisser un commentaire

9 − un =