Qu'est-ce que ça fait d'avoir une peur du cancer de la peau à 17 ans

J'ai été négligent et je n'ai pas réalisé que la peau d'une rousse nécessite des soins et une protection contre le soleil.

Je n'ai jamais passé un été sans avoir plusieurs coups de soleil.

Au début de la journée, j'étais toujours couvert de la tête aux pieds avec au moins moins SPF 50. Mais j'oubliais d'en réappliquer et au moment où le soleil se couchait, j'étais brûlant. Le cycle était continu. Je me brûlais, ça disparaissait au bout de quelques jours et j'étais alors prêt à rejouer au soleil.

Cela a continué pendant des années. Maintenant que le Mois de sensibilisation au cancer de la peau touche à sa fin et que l'été approche à grands pas, je voulais partager mon histoire sur l'exposition excessive au soleil et la peur du cancer de la peau qui en découlait.

En vieillissant, mes coups de soleil continus sont devenus un choix conscient. Les médias m’ont appris que personne ne voulait voir ma peau blanche comme du papier sur la plage. J'étais jalouse que tous mes amis soient capables de développer un beau teint bronzé. J'admirais les femmes bronzées dans les magazines et mon objectif était de « bronzer » ma peau claire.

Je n'ai pas réussi. j'ai brûlé beaucoup, mais j'ai continué à essayer parce que je voulais ressembler à tout le monde. J'ai commencé à prendre conscience des effets néfastes des rayons UV sur la peau, mais cela ne m'intéressait pas. Je voulais juste être bronzée.

Ce n’est qu’en dernière année de lycée que j’ai reçu mon signal d’alarme. J'ai consulté un dermatologue pour la première fois parce que ma mère insistait après m'avoir vu avoir des coups de soleil année après année. Je suis allé l'apaiser en pensant que tout irait bien, mais j'ai fait biopsier trois grains de beauté ce même rendez-vous.

Mon médecin m'a dit que cela ne pouvait être rien et qu'elle devait les tester au cas où, mais lors de mon suivi trois semaines plus tard, elle m'a dit qu'il fallait les retirer car ils étaient anormaux. Ce n'était pas un cancer, mais mon médecin m'a dit que, comme j'avais plus de risques de développer un mélanome (à cause de ma peau claire et de mes cheveux roux), cela ne valait pas la peine de prendre le risque de les laisser tranquilles.

Je n'avais que dix-sept ans.

Cinq ans plus tard, j'ai trois cicatrices d'un pouce sur ma cuisse gauche, une sur mon mollet droit (j'ai fini par me faire enlever un autre grain de beauté plus tard au cours de la même année scolaire), et il est fortement conseillé de consulter mon dermatologue tous les six mois pour un examen complet du corps.

Les cicatrices sont désormais assez estompées, mais elles me rappelleront toujours les dégâts que j'ai causés. J'ai été négligent et je n'ai pas réalisé que la peau d'une rousse nécessite des soins et une protection contre le soleil, et non une exposition constante.

Désormais, je ne quitte jamais la maison sans crème solaire. je toujours réappliquez et faites attention à ne pas exposer ma peau au soleil trop longtemps. Il m’a fallu du temps pour m’en rendre compte, mais ma propre santé à long terme est bien plus importante que de ressembler à ce que la société considère comme attrayant. Je sais que bercer la peau pâle peut être un peu un défi, mais croyez-moi : essayer de bronzer ça n'en vaut pas la peine. Alors, restez en sécurité cet été en appliquant un peu de SPF. Vous serez reconnaissant plus tard !

https://www.youtube.com/watch?v=AmypuRFXYVI

Laisser un commentaire

cinq × 3 =