Le gène roux est-il récessif ou dominant ?

Avant de plonger dans la spécificité du gène roux, il est important de comprendre comment les couleurs de cheveux sont déterminées par notre ADN. Les couleurs de nos cheveux sont le résultat de la combinaison complexe et de l’interaction de divers gènes. Le pigment principal responsable de la couleur des cheveux et de la peau est la mélanine, qui se présente sous deux formes : l’eumélanine (noire ou brune) et la phéomélanine (rouge ou jaune). La quantité et le type de mélanine produit par notre corps déterminent la coloration de nos cheveux.

Le gène roux et sa nature récessive

Le gène associé à la chevelure rousse est appelé MC1R (Melanocortin 1 Receptor). MC1R est un récepteur situé à la surface des cellules qui produisent le pigment. Les variantes (mutations) de ce gène peuvent causer une augmentation de la production de phéomélanine par rapport à l’eumélanine, conduisant à la couleur rousse.

Ce gène se trouve sur le chromosome 16 et fonctionne selon les lois de la génétique de Mendel concernant la dominance et la récessivité. Un gène est dit dominant si une seule copie est suffisante pour exprimer le trait correspondant, tandis qu’un gène est récessif si deux copies sont nécessaires pour qu’un trait soit exprimé.

Le gène roux est considéré comme récessif. Cela signifie que pour avoir les cheveux naturellement roux, une personne doit hériter de deux copies du gène mutant MC1R, une de chaque parent. Si seulement une copie du gène mutant est présente, la personne sera porteuse du trait sans nécessairement l’exprimer. Ainsi, deux parents porteurs peuvent avoir un enfant aux cheveux roux même s’ils ne le sont pas eux-mêmes.

Hétérozygotie et l’influence partielle du gène roux

Cependant, la notion de récessivité n’est pas toujours aussi simple, car quelques individus peuvent présenter des caractéristiques rousses (comme des reflets) en n’ayant qu’une seule copie du gène mutant de MC1R, ce qu’on appelle l’hétérozygotie. Cela démontre un phénomène de dominance incomplète, où les deux allèles (variantes du gène) contribuent au phénotype final.

Incidence et répartition mondiale de la chevelure rousse

La chevelure rousse est relativement rare dans le monde entier. C’est en Écosse et en Irlande que l’on trouve la plus grande proportion de personnes aux cheveux roux ; environ 10 à 30 % des habitants y portent le gène récessif. Toutefois, la présence de cheveux roux n’est pas limitée à ces régions, il existe des communautés de roux dans le monde entier, incluant, par exemple, les Berbères d’Afrique du Nord et certaines populations d’Asie centrale.

Laisser un commentaire

cinq × 3 =