Témoignage de Martine (62 ans)

J’ai beaucoup de chance. On m’a toujours donné dix ans de moins ! Depuis toute petite, je suis coquette et les compliments que je reçois constamment, consolident ma conviction qu’il est agréable pour soi-même et pour les personnes que l’on côtoie de soigner son image.

3

Je suis née avec des cheveux châtain foncé et des yeux brun cuivré avec du  vert.  Mes taches de rousseur sont apparues très vite en même temps qu’un léger reflet cuivré. Je n’aimais pas du tout cette pigmentation de rousse (peau blanche par-dessus le marché !) et j’allais frotter ma figure dans l’herbe dès les premières rosées du mois de mai…. hé oui…on m’avait fait croire que c’était la solution !!!

Adolescente, mes taches de rousseur sont devenues une alliée de séduction. Les garçons me disaient que je ressemblais à Marlène Jobert. Un super compliment !

Ma sœur de trois ans mon aînée, faisait des études de coiffure. Très jeune, j’ai baigné dans le monde de la beauté et de la couleur. Ma sœur accentuait le reflet cuivré de mes cheveux avec un produit appelé Plix qui donnait à la fois de la tenue à la coiffure et qui apportait (jusqu’au lavage suivant)  la nuance désirée dans les cheveux.

La couleur… est-ce elle qui m’a donné le goût de la peinture ? Ma vie professionnelle a baigné dans la couleur. Rédactrice publicitaire puis journaliste d’entreprise, j’ai toujours été confrontée à « l’image» et donc à l’accord des couleurs entre elles.

1

Très tôt, j’ai pu quitter mon boulot pour me consacrer à des études artistiques. J’ai fait le choix de la peinture et je travaille en solo dans mon atelier. Je suis une abstraite gestuelle. Les expositions sont pour moi des moments de pur bonheur où je côtoie  plein de gens sympa.

Les cheveux blancs sont apparus vers 50 ans et j’ai vite fait le choix de réaliser mon rêve en prenant ma revanche sur ce que la nature avait mal accompli : devenir une vraie rousse.

Défi réussi grâce à ma coiffeuse qui a su trouver le ton juste (un super cuivré éclatant).  Un bravo sur toute la ligne de la part des gens qui me connaissaient. Ceux que j’ai rencontré par après et que je rencontre encore, ne me croient pas quand je leur explique que ce n’est pas ma couleur d’origine (je ne le raconte pas à tout le monde bien sûr !!)

Cette couleur me donne du peps et renforce mon look d’artiste. Je choisis des vêtements neutres ou très colorés en fonction des circonstances.  Je vois que je ne passe pas inaperçue et en même temps, je ne me demande même plus ce que les gens pensent précisément.  Je me sens sûre de moi.

2

Je suis heureuse d’apporter mon témoignage de femme « mûre ». J’ai  envie de conseiller aux jeunes femmes qui me lisent, de ne jamais abandonner leurs efforts pour se faire belles à tout âge. Prendre soin de soi est primordial pour se sentir bien dans sa peau et si en plus, vous avez ce petit sourire aux lèvres, vous n’en paraîtrez que plus magnifique et agréable à côtoyer…

2 Comments on Témoignage de Martine (62 ans)

  1. Marie-du-35
    janvier 21, 2016 at 4:21 (1 année ago)

    Quand j’ai vu Martine sur la photo, je ne lui donnais pas plus de cinquante ans! Comme quoi, on peut être belle à tout âge!

    Répondre
  2. Catherine
    janvier 28, 2017 at 5:32 (5 mois ago)

    Je viens de découvrir votre blog Alexia et je vous en félicite!!!
    Dommage qu’à mon époque, lorsque j’avais votre âge (je vais avoir 54 ans!), internet n’existait pas encore! je me mets à penser qu’on aurait pu faire avancer, évoluer les clichés un peu plus vite…
    Je suis désolée de lire encore les même ressentis de jeunes filles, jeunes femmes, que j’ai pu avoir enfant, adolescente, car la différence vis à vis de la masse (les autres: blonds, bruns, châtains) à ces âges là nous revient comme un boumerang en pleine figure: la couleur des cheveux: LA ROUSSEUR, avec tous ces clichés négatifs infondés, stupides, etc… Cette rareté si difficile à assumer alors que l’on voudrait être, passés inaperçus, comme les autres…

    Enfant, j’en ai voulu à mes parents car ils ne sont pas roux (mais deux grand-tantes l’étaient, c’étaient bien dans les gênes! car mon frère l’est aussi)
    Comme vous Alexia, j’ai voulu virer au blond vers 20 ans, en faisant beaucoup de mèches, cela m’allait assez bien avec mon teint clair et sachant que les blonds pouvaient aussi avoir des tâches de rousseurs. Cela a duré quelques années.

    Puis vers 27, 28 ans j’ai voulu ETRE, ce que je suis depuis la naissance ROUSSE. Grâce à ma passion pour la langue anglaise, j’avais intégrer un comité de jumelage avec une ville irlandaise. Je suis bretonne et vis dans le Finistère :il y a un peu plus de roux en Bretagne que dans le reste de la France. Ma correspondante irlandaise était rousse tout comme ses sœurs et le fait d’aller dans ce pays où bien sûr je faisais plus irlandaise que française fut pour moi un sorte de thérapie qui m’a aidé à revendiquer cette belle couleur.

    Aujourd’hui et heureusement j’assume pleinement ma rousseur. Les petits cheveux blancs ont fait leur apparition il y a 3 ans et suis obligée de faire une coloration à base de couleur végétale qui n’abime pas le cheveux. Elle s’estompe au fur et à mesure entre deux colorations et rend la couleur naturelle.

    Je voudrais vous dire que vous êtes toutes belles!! que cette différence est une chance! regardez tous les mannequins roux que l’on demande. C’est une belle revanche!
    Et 2017 est l’année des actrices rousses!!: Isabelle Huppert « Elle » , Emma Stone: « lala land », Jessica Chastaing,

    Vive les Rousse, Roux, vive NOUS!!
    Je vous embrasse affectueusement

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *






Comment *