Mademoiselle Sweet : étudiante le jour, pin-up la nuit

Mademoiselle Sweet c’est un peu Docteur Jekyll et Mister Hyde mais en version beaucoup plus sexy ! Étudiante sérieuse et appliquée le jour, cette jolie rousse de 21 ans seulement se transforme la nuit tombée, en effeuilleuse burlesque incandescente… La pin-up nous parle de sa double vie et de ce métier encore trop souvent sujet aux amalgames.

Qu’est-ce que l’effeuillage burlesque ?

À mon sens, la meilleure définition que je puisse donner est sans nul doute celle de l’artiste Sugar Da Moore : « [l'effeuillage est] l’art de dévoiler son corps de manière théâtrale à travers une chorégraphie soigneusement conçue. Le but ultime n’est pas de se dévêtir,  car l’intérêt et l’attrait résident principalement dans l’exécution du numéro, la finesse des gestes, les expressions du visage, le maintien du corps, l’humour et la manière dont on utilise les éléments de son costume et ses accessoires pour créer un moment unique et magique. »

L’effeuillage burlesque est véritablement un savant mélange de danse, de théâtre mais aussi de séduction afin de se déshabiller de manière chic, glamour et parfois décalée. L’ambassadrice de ce mouvement est bien évidemment la divine Dita Von Teese et personnellement, j’ai un vrai coup de cœur pour l’américaine Coco Lectric.

Pin up

Coco Lectric et Dita Von Teese

Quelle différence avec le strip-tease ?

Il ne faut pas se le cacher : le strip-tease est une discipline à connotation sexuelle et extrêmement érotique. La nudité y est totale et n’a pas de place pour l’humour… Il faut susciter l’envie, le désir avec parfois une certaine vulgarité. Or, dans l’effeuillage burlesque, l’humour est très présent et nous pouvons l’associer au glamour. Comme quoi on peut être drôle et sexy en même temps ! De plus, nous ne finissons jamais seins totalement nus et nous ne montrons jamais notre sexe : cache-tétons pailletés et string ou culotte de rigueur ! La vulgarité est vraiment prohibée : il faut sublimer la femme et ne pas l’asservir. Tout réside dans l’art de suggérer en étant chic, festive et … un peu coquine !

D’où vient cet art ?

À l’origine, cet art est né en France, à Paris, dès la seconde moitié du XIXème siècle. Les danseuses de french cancan étaient alors appelées « tricoteuses » ou « cancaneuses ». Parmi les plus populaires on peut citer La Goulue, vedette du Moulin Rouge. Le mouvement est ensuite importé aux Etats-Unis et devient « burlesque », ancêtre du strip-tease. Dans les années 1950, il devient très populaire avec Gipsy Rose Lee et Bettie Page. Il s’essoufflera ensuite avec l’avènement de l’érotisme, de la pornographie et du strip-tease pour revenir en force aujourd’hui.

Quelle formation poursuis-tu ?

Je suis en Master 2 de Droit du travail. Il s’agit de ma cinquième et dernière année d’étude.

Comment fais-tu pour allier les deux ?

journuit

Je mène une double vie et peu de personnes le savent… C’est pourquoi je me présente ici uniquement sous mon nom de scène. Mes parents ignorent tout de cette activité. Ils n’auraient jamais accepté ! La faute aux amalgames. J’adore passer de ma tenue d’étudiante à mon habit de scène plus léger et frivole. C’est un moment presque solennel où je dévoile mon vrai visage et où je me sens enfin libérée de toutes contraintes !

Comment et pourquoi t’es-tu rapprochée de cette discipline ?

Je dois ce bonheur en partie à mon ex petit-copain… En fait, je crois que c’est la seule chose pour laquelle je peux le remercier (rires). Il a été odieux avec moi. Nous sortions ensemble depuis 3 ans et il m’a trompée avec sa meilleure amie pendant 1 an. Je m’en doutais mais j’essayais de me persuader du contraire jusqu’à ce que je craque et que je le quitte. Il a essayé de revenir en pleurnichant mais c’était bien trop tard. Je ne l’aimais plus. Suite à cet épisode, j’ai complètement perdu confiance en moi. Je me sentais laide, stupide et sans intérêt. Je baissais la tête sans arrêt.

12630906_10207250051002209_1532214761_oPuis, il y a eu un miracle ! Un ami m’a inscrite à un cours d’effeuillage burlesque avec la sublime Lili Chantilly, à Montpellier. Je m’y suis rendue stressée et angoissée. J’étais terriblement gênée d’autant plus lorsqu’il a fallu enfiler une petite nuisette, des bas et des talons… Nous avons fait des exercices simples tels que marcher avec élégance ou ajuster notre port de tête. Au fur et à mesure, je me suis sentie à l’aise, je rigolais à nouveau, je me sentais sexy… à tel point que Lili m’a lancé un « On dirait que tu as fait ça toute ta vie ! ». Cette phrase a marqué le point de départ de ma renaissance. Une semaine après, Lili m’auditionna et j’ai pu intégré la troupe sous le nom de Mlle Sweet. Deux semaines après j’ai fait mon premier numéro dans un bar chic de Montpellier et j’étais ravie ! Tout s’est ensuite très vite enchaîné. J’ai enfilé plusieurs casquettes : effeuilleuse, chanteuse, stage-kitten (assistante) et aussi mannequin car Lili organise des défilés de pin-up dans le Sud de la France.

Une effeuilleuse burlesque est-elle une pin-up ?

Bien sûr ! Les pin-up sont très présentes dans la culture américaine des années 50 avec leur sourire enjôleur, leur regard percutant et leur silhouette avantageuse. Parfois représentées de manière cocasse, elles s’apparentent aux effeuilleuses qui usent elles aussi de leurs atouts et souvent avec beaucoup d’humour. Même époque, même mise en scène… La pin-up et l’effeuilleuse ne font qu’un. Alors que la première s’amuse en journée, la seconde s’éclate une fois la nuit tombée !

Quels sont les atouts ou compétences à posséder pour devenir effeuilleuse ?

Qu’on se le dise tout de suite : il n’y a aucun critère physique particulier pour prétendre devenir effeuilleuse ! On peut être très mince, mince, ronde ou très ronde pour exercer. Cependant, il faut être en bonne condition physique car l’effeuillage est un sport, je vous l’assure. Une formation de danse est un plus mais n’est pas obligatoire. Pour ma part, je n’avais jamais fait de danse auparavant et je n’avais aucune expérience dans le milieu du spectacle. J’ai appris sur le tas.

2

La taille ne compte pas, pas plus que le tour de poitrine ni même le galbe de cette dernière ! Même chose pour les fesses. L’effeuilleuse est une femme qui s’assume sur scène et qui ne laisse rien transparaître de ses complexes ! Concernant les traits de caractère, il faut donc être audacieuse, gaie, pétillante, travailleuse et passionnée car un numéro demande beaucoup de travail. La timidité doit être mise au placard le temps du spectacle.

Combien de temps mets-tu pour te préparer avant un show ?

L’entraînement est ce qui prend le plus de temps. Nous pouvons passer des heures entières à élaborer un numéro et des journées entières à le jouer et l’améliorer. Au niveau du maquillage, il faut vraiment qu’il soit très prononcé. Fond de teint, poudre matifiante de préférence (pour éviter de briller), beaucoup de blush, paillettes, fard à paupière plutôt foncé, eye-liner, faux cils extravagants, vernis et rouge à lèvre sont les indispensables. Concernant la coiffure, l’effeuilleuse peut tout se permettre ! Perruques, chignons, bouclettes, frisettes et surtout de jolis bibis à plumes ! Il faut compter plus d’une heure pour un résultat optimal. Enfin, il y a l’habillage ! Les bas ont la vie dure … J’en ai souvent filé ! Je glisse donc ici une petite astuce : mettre des gants pour éviter la catastrophe. Mais aucune crainte : en loges, les performeuses s’entraident !

Quel est la parfaite panoplie de la pin-up ?

3

La lingerie constitue la base. Dentelles, imprimés fleuri ou léopard … La pin-up peut porter tout ce qui lui fait envie ! On peut citer les bas , les porte-jaretelles, le serre-taille, la guêpière et le corset pour les plus téméraires . Une paire de gants plutôt longs viendra agrémenter la tenue avec d’autres accessoires comme des bijoux, un éventail en dentelle ou en plumes et un boa. Les escarpins hauts viendront parfaire l’ensemble.

Qui se trouve dans le public qui assiste au spectacle et que viennent-ils chercher ?

Aujourd’hui, les gens ont besoin de rêver pour oublier un quotidien qui n’est pas toujours tendre. Ils viennent pour en prendre plein les mirettes et j’espère qu’ils en retiennent un excellent souvenir ! Étrangement, le public est plutôt féminin ! D’ailleurs, pour les quelques hommes présents en salle , ils avouent souvent avoir cédé au caprice de madame mais ils sont tout de même ravis d’être là après le premier numéro. La tranche d’âge la plus présente se situe vers 55 ans et au delà… Et croyez moi, il y a une sacrée ambiance à chaque fois !

Être rousse est-il un atout pour être pin-up ? 

Être rousse représente un avantage inestimable notamment si on est une vraie rousse ! Ceci est dû à la rareté de cette couleur et à l’image très pétillante et glamour que cela renvoie. Si l’on rajoute une coiffure rockabilly sur de si beaux cheveux, on atteint le summum ! Les rousses ont ce petit quelque chose en plus qui les rend irrésistibles.

Ton amoureux est-il jaloux ?

Lorsqu’il m’a connue j’avais déjà débuté cette activité. Il a adoré ! En deux ans, il n’a jamais fait de crise de jalousie. Il comprend que c’est un loisir et il m’encourage beaucoup.

Comment faire pour devenir effeuilleuse burlesque ?

1

Il faut oser et s’entraîner ! Mais attention, ce n’est pas chose facile de se faire un nom dans ce milieu car la concurrence est rude et il est difficile de percer. Les effeuilleuses professionnelles entrent dans la catégorie des intermittents du spectacle et elles doivent programmer beaucoup de spectacles pour pouvoir vivre de cette activité. Bien souvent, elles travaillent en complément dans un autre domaine. Les effeuilleuses amatrices peuvent se placer sous l’aile d’une professionnelle pour se perfectionner et débuter dans le milieu… C’est plus sécurisant .

Où et quand peut-on venir te voir performer ?

J’ai dû déménager à Lille il y a quelques mois à cause de mes études et j’ai quitté la troupe de Lili Chantilly à contrecœur. Du coup, je n’appartiens plus à aucune troupe et j’en recherche une afin de pouvoir remonter sur scène en tant qu’effeuilleuse, chanteuse ou mannequin pin-up. En attendant de retrouver mon bonheur, je donne des cours d’effeuillage pour les débutantes à Lille. Il est possible de me contacter par courriel pour toute question et collaboration : sweet-effeuillage@laposte.net et sur le site de Lili Chantilly 

Vidéo de la troupe Lili Chantilly où l’on me voit en stage-kitten (écolière et infirmière) :

1 Comment on Mademoiselle Sweet : étudiante le jour, pin-up la nuit

  1. Alice NICOLAS
    août 8, 2017 at 1:37 (2 mois ago)

    Hey! Superbe interview! Cela me rassure quant à mon statut d’étudiante, car depuis le lycée je souhaite faire de la danse burlesque. Cependant, une question me taraude: comment payer tout cela, je veux dire ces costumes, ces cours, ce maquillage… je dépends encore de mes parents (ayant dix-neuf ans) et jamais au grand jamais ils ne m’aideraient pour une telle cause! Je pourrais travailler à côté, mais mes études ne me permettent pas un job d’alternance… je voulais donc savoir comment vous faites pour allier vos études et cette passion de manière financière, si du moins vous consentez à répondre, car cette question peut vous paraître indiscrète. Si tel est le cas, je m’excuse et vous n’êtes en aucun cas obligée de répondre! Bref, désolée pour le pavé ah ah ah mais merci pour cette interview, et je vous souhaite une bonne continuation!
    Chaleureusement
    Alice Nicolas

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *






Comment *